Le double esterlin de Marguerite de Constantinople.

Marguerite,deuxième fille de Baudouin VI de Hainaut (ou Baudouin IX de Flandre ou Baudouin de Constantinople) et de Marie de Champagne, est née en 1202.
Elle a épousé, à l’âge de onze ans, son tuteur, Bouchard d’Avesnes dont elle a eu deux fils, Jean et Baudouin.
En 1215, le pape Innocent III déclare son mariage nul parce que Bouchard était engagé dans les ordres sacrés lorsqu’il le contracta. Il était sous-diacre.
En 1223, elle se remarie avec Guillaume de Dampierre dont elle a eu trois fils et deux filles.
Marguerite succède à sa soeur Jeanne comme Comtesse de Hainaut de 1244 à 1280 et Comtesse de Flandre de 1244 à 1278.
C’est sous le règne de Marguerite de Constantinople que la grosse monnaie commence à apparaître dans les provinces des Pays-Bas.
On connaît trois monnaies de Marguerite de Constantinople ayant le poids de 2/3 du gros français ou de deux esterlins anglais.
Une monnaie au type de l’aigle bicéphale, une autre avec l’écusson au lion de Flandre et enfin la monnaie au cavalier portant le nom de Valenciennes.
La grande variété de coins que nous remarquons dans les cavaliers de Marguerite de Constantinople doit faire penser que la frappe de ces pièces a duré pendant un assez grand nombre d’années.
Le double esterlin ou cavalier ou double tiers de gros, monnaie en argent, a été frappé dans l’atelier de Valenciennes.
Cette division par tiers (pour l’esterlin) ou double tiers (pour le double esterlin) a été très fréquente dans les monnaies du Hainaut.
Destiné à circuler en Hainaut, ce double esterlin a été une des premières monnaies en argent de nos régions portant un type nouveau et non pas, comme c’était le cas le plus souvent, dérivé du gros tournois français ou de l’esterlin anglais.
Deux monnaies qui ont connu un grand succès comme multiples du denier, d’origine carolingienne.
Le "gros tournois" valait 12 deniers et le sterling, appelé chez nous "esterlin" valait 4 deniers.
Le principal atelier monétaire des Comtes de Hainaut était à Valenciennes.
La Maison de la Monnaie, à Valenciennes, était située devant l’église Saint Géry.
En 1518, elle a été vendue par Charles Quint au receveur général du Hainaut, Jean Delacroix, mais a continué à s’appeler "La Fonderie".
 
Cavalier de Marguerite de Constantinople.
 
Droit:  cavalier, l’épée haute, chargeant à gauche, entouré de la légende
            MONETA  VALEN  CENENSIS   (monnaie valenciennoise)
 
Revers:  croix pattée entourée de la double légende
               MARGARETA  COMITISSA  + SIGNVM  CRVCIS +

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s